Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  

Un mal qui engendre plusieurs maux Bujumbura

06 May 2016 Par Luc-Nol INGABIRE dans Social Lus 228 fois

Depuis une semaine, une pénurie du carburant « essence » se sentait sur les lèvres des bujumburais. Mais actuellement, la pénurie semble se mettre en évidence. Une situation qui cause plus de mécontentement chez ceux qui empruntent le transport en commun vers les quartiers Sud de Bujumbura. Mais également les clients des quartiers Gasenyi et Mutanga Nord plus que ceux d’ailleurs. 

Il est 16h45 sur le parking des bus qui font la liaison centre-ville de Bujumbura vers les quartiers Musaga, Kanyosha et Kinindo. Une fourmilière de personne attendent des bus qui viennent à compte goûte. Uniforme de fonctionnaire, des élèves en uniforme se font remarquer dans la place. C’est l’heure de pointe anticiper vu que la rareté du carburant s’est révélée avec les files d’attentes sur les stations pompistes.

17h sur l’horloge, une quinzaine de bus sont les seuls à être passé dans ce parking grouillant de monde que même 30 bus ne peuvent diminuer à moitié. Certains commencent à passer des coups de fils pour trouver des amis ou connaissances qui peuvent les déplacer. « …est ce que tu es toujours en ville pour que tu me déplaces ? Il n’y a pas de bus », une femme parle au téléphone.

18h sonne, la foule semble pas ne pas diminuer de beaucoup de gens. Des taxis voitures prennent 5 personnes pour 1000fr sur un trajet qu’en bus est à 300fr. les clients de Kanyoshe grognent le plus. « Les bus qui normalement font la navette pour Kanyosha, commence à spéculer en embarquant pour Ruziba », indique un monsieur sur place, en colère. La course pour Kanyosha est à 300fr alors que pour Ruziba (plus au Sud de Kanyosha), le ticket de bus est à 600fr. 



Mot cle de l'article: Bujumbura   Parking   Musaga   Kinindo   Kanyosha  
Articles plus lus

15/03/2016 La 8me dition du FESTICAB en approche Lus 913 fois

02/03/2016 La 2me dition de Buja sans tabou ouverte Lus 825 fois

08/07/2016 Une vie la voix dor sest teinte Lus 582 fois

15/11/2015 La Troupe Pili-pili sur la planche au FESTBUK 2015 Lus 510 fois

Restons Connecte


© Journal Inkuru | Développé par Burundi Apps Center