KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 

KOD : une affaire de passionnés par la danse


Dans moins de 5 ans le Groupe Keys Of Dance (KOD) s'impose peu à peu  comme maitre de la Danse moderne à Bujumbura.

La danse est l'un des talents les plus remarquables que Bujumbura regorge. Depuis 2011, le Concours de danse Tamba qui était organisée par la Radio Télé Renaissance ne se tient plus. Un bon nombre de jeunes qui étaient à fond dans la danse ont lâché prise cette passion. Le prétexte qu’avancent plusieurs parmi eux, « il n'y a plus de place pour se démarquer ». Mais le groupe KOD s’est bien accroché et a survécu à cette vague d’abandon.

D’où nous vient KOD ?

« Presque tous les danseurs actuels de KOD faisaient partie du collectif Agati k'Imana. Les membres danseurs de ce collectif ont décidé de se retirer et de fonder leur propre groupe : Keys Of Dance », explique Carel, un des responsables de KOD. Une trentaine des jeunes compose le groupe avec un équilibre du genre. Ces passionnés de la danse se rencontrent tous les mercredis et vendredis dans une salle du Fitness Club, au cœur de Bujumbura. Un endroit fruit de la providence de ceux qui croient en ces jeunes. « C'est l'une des initiatives à encourager vu les efforts que ces jeunes fournissent », indique un des employés de Fitness Factory qui les voient souvent rentrés épuisés.

L’élan est déjà pris…

KOD a déjà acquis une notoriété depuis sa création.

KOD dans la salle des répétitions« Un jour, on a posté juste une petite vidéo sur YouTube pour tester notre niveau de notoriété. Et on s’est retrouvé à 3000 likes et des commentaires d’encouragement », témoigne Martial, Président du groupe KOD.  « C'était incroyable à nos yeux », poursuit-t-il.

« Nos motivations ne sont que pouvoir jouir et exercer librement et à notre manière notre passion qui nous a réuni : LA DANSE », nous exprime Carel.

 

Une des apparitions en public qui a fait cartonner dans le parcours de KOD est la chorégraphie exécutée lors du « Kigingi Summer Comedy Show » en août 2016. Mais aussi les multiples performances lors du rendez-vous « DJ's Happy Hour » à l'IFB. « On invite tout jeune qui se sent passionné dans n'importe quel domaine de s'y lancer  parce que on ne sait jamais où la suite nous amène. La bureaucratie n'a plus grande place, même pour les diplômés de haut niveau », conseille Martial.



Mot cle de l'article: danse   bujumbura   jeunes 
Articles plus lus

15/03/2016 La 8ème édition du FESTICAB en approche Lus 812 fois

02/03/2016 La 2ème édition de « Buja sans tabou » ouverte Lus 697 fois

08/07/2016 Une vie à la voix d’or s’est éteinte Lus 489 fois

15/11/2015 Une mère vendeuse de mandarines prête à tout pour ses enfants Lus 439 fois

Restons Connecte


© Journal Inkuru | Développé par Burundi Apps Center