Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 

Le FESTICAB, plus qu’une fête du septième art

25 May 2017 Par La Rédaction dans Arts Lus 23 fois

La 9ème Edition du Festival International du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi (FESTICAB),  a officiellement ouvert les écrans le vendredi 19 mai 2017. Il bat son plein à la Bujumbura, Gitega, Ngozi et Rumonge.

La soirée inaugurale de la 9ème édition du FESTICAB s’est déroulée à l’Institut Français du Burundi. Cet événement a vu la présente de différents représentants diplomatiques et consulaires. Parmi les autorités, plusieurs membres des institutions étatiques et privées ont répondu au rendez-vous. Parmi, le ministre de la jeunesse, des sports de la culture, Jean Bosco Hitimana.

Laurent Delahousse, Ambassadeur de la France au Burundi,  a apprécié les exploits du FESTICAB. « L'Ambassade de France acclame les réalisations du FESTICAB », a-t-il prononcé dans son discours liminaire.

Image

 

 

Le Président du FESTICAB, Ngabo Léonce, a remercié tous les acteurs qui font que le FESTICAB puisse continuer à avancer. «…mais également, Je tiens à remercier énormément tous ceux qui contribuent à ce que le cinéma et l'art en général », a insisté Ngabo. Il a donné un accueil chaleureux à la Marraine de cette 9ème édition, Marie Philomène NGA, qui à son tour ne s'est pas ménagé pour manifester sa joie de s'être jointe au FESTICAB pour partager les différentes expériences dans le septième  art.            

 

ImageFrancine Munyana, Directrice du FESTICAB, a rappelé le programme de toute une semaine très chargée, avec des projections dans différents lieux dont l'IFB, le Centre jeunes Kamenge, l'Alliance Française de Gitega, l'American Corner de Kamenge ainsi que l'Université Lumière de Bujumbura, au campus Kinindo.

Les thématiques des droits de l’enfant avec l’UNICEF et le FESTICAB

Dans la soirée du 22 mai, les Enfants Journalistes en Herbe (EJH) soutenus par l’UNICEF ont présenté cinq court-métrages. Ces films ont été réalisés cette année 2017 à Ngozi lors d’une formation dispensée par le FESTICAB.

« J’éprouve un sentiment de satisfaction suite à nos réalisations », a partagé Laurette Irankunda, une des EJH qui a bénéficié de cette formation. Elle ajoutait que le rôle qui leur revient est de faire d’exercer dans le sens de plaidoyer pour les enfants. Il est à noter que 52% de la population burundaise sont constituées d’enfants, selon les estimations de l’UNICEF. « Les contraintes rencontrées étaient de trouver les personnes ressources pour nos films », a indiqué Lydia. Les films ont tant émus le public avec la profondeur des sujets qu’ils exploitent.

                            Image

 

Pas que des projections au FESTICAB 2017

Avec le thème de l’année « Cinéma et les droits de la femme », le FESTICAB s’est jointe avec le FNUAP a organisé pour une conférence-débat intitulé : "Parler fistules=sauver des vies".

ImageSelon Léonce NGABO, le FESTICAB ne se limite pas seulement à la projection des films, car des activités périphériques sont aussi organisées autour du thème de cette année.

Nombreux seraient ceux qui se posent la question de savoir le lien entre la fistule et le cinéma... Mais, le FNUAP a voulu saisir l’occasion du festival du cinéma pour parler des fistules obstétricale, informer la population sur les signes cette maladie. Une communication pareille permettra de sauver des vies des femmes, de leur accorder la dignité, l'espoir et la guérison.

Comme l'indique le docteur MAGONYAGI du FNUAP, « le cinéma éduqué et la communication via le FESTICAB est une bonne stratégie pour donner de l'information ».

Vous saurez que les invités du FESTICAB 2017 ont été reçu em audience par le Ministre burundais de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dans l'après-midi du 23 mai. Edwige Pauline Abouadji, venue de la Côte d'Ivoire, était muni d'une lettre du ministre ivoirien de la culture pour son homologue burundais. Les autres invités accueillis par le Ministre Jean Bosco Hitimana sont, Martin Muhando et Farida Nyamachumbe de Zanzibar Film Festival, Léonard Amanya de l'Uganda Film Festival et Youssouf Ouédraogo venu du FESPACO (Burkina Faso).

  Image



Mot cle de l'article: FESTICAB   UNICEF   CINEMA BURUNDAIS   UNFPA 
Articles plus lus

15/03/2016 La 8ème édition du FESTICAB en approche Lus 897 fois

02/03/2016 La 2ème édition de « Buja sans tabou » ouverte Lus 808 fois

08/07/2016 Une vie à la voix d’or s’est éteinte Lus 568 fois

15/11/2015 La Troupe Pili-pili sur la planche au FESTBUK 2015 Lus 501 fois

Restons Connecte


© Journal Inkuru | Développé par Burundi Apps Center