Burundi : Complexe lutte contre le cancer du col de l’utérus

13 Mar 2018 Par La Rédaction dans Santé Lus 162 fois

L’insuffisance du matériel et du personnel qualifié pour le diagnostic du cancer du col de l’utérus reste un grand problème au Burundi. Toutefois, certains établissements hospitaliers s’équipent peu à peu et s’impliquent dans la formation afin de traiter cette IST.

« Cette infection sexuellement transmissible (IST), est causée par une dizaine de virus mais les plus dangereux sont les HPV 16 et 18 », nous explique Gabriel Nahayo, gynécologue à la clinique Cesare (à Bujumbura). « Le cancer du col de l’utérus est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules du col de l’utérus. Il est causé par des virus appelés papillomavirus humains (HPV) au niveau du col utérin », ajoute-t-il.


Le traitement de ce cancer est sur les rails à la Clinique Cesare depuis 2009 tandis que le dépistage systématique a commencé en Août 2017. 13 cas ont déjà été traités. Toutefois, cet hôpital  se heurte à un problème du matériel complet. Si le dépistage indique la présence d’un cancer du col de l’utérus, on passe à un 2e examen de confirmation. Les cas de cancers confirmés peuvent bénéficier d’un traitement chirurgical efficace lorsque la maladie est encore à un stade précoce. C’est précisément l’intérêt du dépistage réalisé en dehors de tous symptômes.

_____________________________________________________________

Comment ça se passe?

Le Dr Nahayo relate le processus : «On réalise d’abord le dépistage de façon systématique chez les femmes de 30 à 49 ans ne présentant aucun symptôme. L’inspection visuelle a l’acide acétique (VIA : Visual Inspection with Acetic Acid) est la moins chère. Les patientes trouvées positives du dépistage bénéficient de la colposcopie comme examen de confirmation. Mais l’analyse des tissus à la microscopie fait encore défaut. Le traitement se limite à la chirurgie.»

La radiothérapie et les autres traitements ne sont pas disponibles au Burundi, ce qui fait que les diagnostics tardifs conduisent inexorablement au décès. S’inquiète-t-il.

_____________________________________________________________

Une vue globale sur le pays...

L’hôpital de Muyinga et de Kayanza, le centre ABUBEF, font le 1er examen qui sert à détecter la présence des cellules précancéreuses mais ne font pas l’examen de confirmation et la prise en charge.

Selon le Dr Zacharie Ndizeye, professeur à la faculté de médecine à l’université du Burundi, chaque année 1080 burundaises meurent de ce cancer qui est le premier cancer féminin au Burundi et le quatrième au niveau mondial.

En Avril 2017, le Programme National pour la Santé de la Reproduction (PNSR) en collaboration avec l’ABUBEF,  a formé 17 médecins sur le dépistage du cancer du col de l’utérus, par l’inspection visuelle associée à la cryothérapie.

Selon, le gynécologue Gabriel Nahayo, les méthodes préventives ont été adoptées en 2006. Introduit au Burundi en 2017 dans le district Mbuye, ce vaccin a été suspendu et ne reste que des financements pour sa mise à l’échelle.

 Dr Ndizeye indique que la seule vaccination anti-HPV comme stratégie de lutte contre le cancer du col au Burundi n’allégera pas le fardeau dû au cancer du col en moins de trois décennies. Pour lui, ce qui est plus nécessaire est de mettre en place une stratégie de dépistage et traitement des lésions précancéreuses qui permettra la prise en charge des milliers de femmes non éligibles pour la vaccination et déjà à risque de développer le cancer du col et puis compléter cette stratégie par la vaccination.

Pour Dr Nahayo, la lutte globale contre le cancer du col de l’utérus implique la vaccination des jeunes filles entre 9 à 13 ans, le dépistage des lésions cancéreuses et leur traitement pour les femmes entre 30 à 49 ans et inciter les pouvoirs publics à mettre en place des possibilités de traitement plus étendus (chirurgie, radiothérapie et traitement palliatif).

Auteur de l'article: Huguette NKURUNZIZA



Mot cle de l'article: Santé   cancer   Burundi 
Articles plus lus

15/03/2016 La 8ème édition du FESTICAB en approche Lus 935 fois

02/03/2016 La 2ème édition de « Buja sans tabou » ouverte Lus 858 fois

08/07/2016 Une vie à la voix d’or s’est éteinte Lus 608 fois

15/11/2015 La Troupe Pili-pili sur la planche au FESTBUK 2015 Lus 532 fois

Restons Connecte


© Journal Inkuru | Développé par Burundi Apps Center